• Introduction en français
  • English Introduction
  • les articles de recherches mis en ligne
  • le Biomimétisme  Aller et Retour
  • TWO-WAY BIOMIMETICS
  • Pourquoi la STRUCTUROTHERAPIE ?
  • WHY STRUCTUROTHERAPY?
  • Une ruche scientifique pluridisciplinaire
  • A MULTI-DISCIPLINARY SCIENTIFIC HIVE

La structurothérapie vous apporte un nouveau regard sur la biomécanique humaine.

La structurothérapie est la convergence entre l’observation de praticiens de santé et la structurologie biologique avec les sciences des matériaux et les sciences mécaniques, en utilisant le biomimétisme « Aller et Retour ».

Imaginez des structures aussi légères que résistantes dont la puissance d’action utile très forte peut être générée par une puissance énergétique très faible. Des structures si novatrices et performantes qu’elles ouvriraient un nouveau champ de recherche et de développement sans équivalence dans le domaine des robots.

L’approche structurelle de Nicolas de Lussy propose un nouveau modèle de biomécanique, il passe du « mouvement du dur » au « durcissement du mou », et cela change tout.

Ses travaux l’ont amené à développer, en trois dimensions, le principe du glissement à plat des unités motrices décrites par HANSON et HUXLEY en 1954.

Et il en tire une bio-structure mécanique fondée sur un réseau de tubes hexagonaux à durcissement variable.

Ce nouveau paradigme technique est confirmé par une grande école d’ingénieurs et approuvé par plusieurs dirigeants de grandes entreprises de robotique, d’aéronautique et du BTP. Toutes ces validations confirment le potentiel de l’hypothèse initiale, conforme aux données expérimentales de la biomécanique.

Les travaux publiés sur ce site sont protégés par la loi sur le droit d’auteur français et par une licence de copyright, et sont disponibles sous les termes de la licence Creative Commons CC BY-SA-NC.

Structurotherapy provides a new insight into human biomechanics.

Employing two-way biomimetics, structurotherapy can be said to be the point where health practitioners’ and bio-structure specialists’ observations meet materials science and mechanical engineering.

Imagine immensely light yet strong structures having a high power output generated by an extremely low energy input, structures so efficient and revolutionary that they could open a new and unprecedented area of research and development in the field of robotics.

Nicolas de Lussy’s structural approach offers a new biomechanical model; rather than working on « movement of hard structures » he prefers to focus on the « hardening of soft structures ». And that changes everything!

His research has led to a three-dimensional development of the motor unit sliding filament theory first expounded by HANSON and HUXLEY in 1954.

This has resulted in a mechanical biostructure based on a system of hexagonal tubes having variable expansion capacities.

This new technical paradigm has been validated by a major engineering school and approved by several leading players in the robotics, aeronautic and construction sectors. These endorsements confirm the potential of the initial hypothesis, in acordance with the biomechanical data resulting from experimentation.

 The founding article of structurotherapy is article is entitled: DÉVELOPPEMENT EN 3D DE L’ACTION DE TRACTION DU COMPLEXE ACTINE/MYOSINE

3-D DEVELOPMENT OF THE EFFECTS OF CONTRACTION OF THE ACTIN/MYOSIN COMPLEX

The papers published on this site are protected by French copyright and are made available under the terms of the Creative Commons CC BY-SA-NC license.

L’homme a toujours tiré sa connaissance de la nature.

Aujourd’hui, le biomimétisme, modélisation d’une solution technique inventée par la Nature, est source d’innovations par une « injection » ou « Aller » entre les phénomènes mécaniques naturels et les sciences technologiques.

En copiant la structure naturelle, le biomimétisme permet d’obtenir une mécanique artificielle aux comportements comparables.

Nous pouvons supposer qu’il existe également une « surjection » ou « Retour », c’est à dire qu’un système naturel aura au moins des éléments ressemblants, ainsi que les mêmes agencements, que ceux d’un système artificiel, si les comportements des deux systèmes sont comparables. On pourra ainsi envisager un biomimétisme « bijectif » ou « Aller et Retour ».

Man has always drawn knowledge from nature.

Today, the field of biomimetics, which aims to provide technical solutions modelled on naturally occurring phenomena, is a source of innovation whereby natural mechanical occurrences are harnessed and injected into technological solutions.

By copying natural structures, biomimetic scientists are able to produce non-natural mechanical systems that have characteristics comparable to those found in nature.

We can assume that a surjection (or return) function is also present: if the behaviour of the two systems is comparable, it may be assumed that a natural system possesses, as a minimum, identical or similar properties in the same form of arrangement as an artificial system. In this case, « bijective » or two-way biomimetics could be envisaged.

Toute thérapie est un art, qui doit se baser sur des connaissances toujours actualisées et vérifiées.

Pour ce faire, le thérapeute doit connaître les qualités intrinsèques de chaque élément constitutif (science des matériaux) et les fonctions mécaniques  de leurs assemblages qui en découlent (sciences mécaniques des solides et des fluides).

D’où la Structurothérapie, qui part des bases suivantes :

Chaque tissu biologique est fait d’assemblage de molécules. Chaque assemblage a des qualités de résistance mécanique définies et invariables.

Il n’existe pas de tissu biologique inutile. Leur présence ne tient pas du hasard mais de l’utilité de leur qualité mécanique nécessaire à au moins une fonction de l’architecture biomécanique dont ils font partie.

Cette nouvelle biomécanique, proposée par la Structurothérapie, se concentrera sur les structures permettant la transformation en traction de la poussée produite par les fibres striées.

Il faut donc en connaître les mécanismes et leurs conséquences physiologiques.

Every therapy is an art that must be underpinned by validated, up-to-the-minute knowledge.

A therapist must be fully conversant with the intrinsic characteristics of every component (material science) and with the mechanical functions of the assemblies made up by the constituent parts (mechanical and fluids engineering science).

Whichbrings us to structurotherapy, which is based on the following fundamental principles:

All biological tissue is composed of molecules. Each assembly possesses defined and invariable mechanical strength properties.

All biological tissue serves a purpose. The existence of biological tissue is not a matter of chance. It exists because of the value of the mechanical qualities it possesses that are necessary to sustain at least one function in the bio-mechanical architecture to which it contributes.

This new biomechanical approach offered by structrotherapy, will focus on structures that enable thrust force generated by striated fibres to be transformed into traction force.

It is therefore necessary to understand the mechanisms and their physiological consequences.

Si les premiers résultats sont issus de la recherche de Nicolas de Lussy, kinésithérapeute et praticien chercheur, créateur des hypothèses de départ , et si la paternité des hypothèses bio-mimétiques injectives ou « Retour » est intégralement assumée par lui, il a été aidé dans sa recherche auto-financée sur le biomimétisme bijectif ou « Aller et Retour » par les expertises pointues de nombreux ingénieurs qui ont validé la cohérence du raisonnement et des approches comportements/structures.

Conscient en effet que l’innovation ne peut pas uniquement venir des connaissances internes d’une profession, il s’est s’appuyé sur des connaissances externes très diverses. C’est l’idée de la Ruche pluridisciplinaire.

C’est pourquoi, il remercie l’ensemble de ses experts et particulièrement :

M. Rémi Champseix, écrivain et producteur télévisuel, qui a guidé la démarche afin de développer les hypothèses par l’écrit, puis a recadré l’organisation des propos tant écrits que visuels.

Mlle Julie Ayme, ingénieur développement durable chez Bouygues construction, qui a mis par écrit les premières hypothèses faites par Nicolas de Lussy.

M. François d’Orcival, membre de l’Institut de France, et le professeur Remy Knafou, président du jury de l’agrégation externe de géographie, qui ont ouvert les champs du possible grâce à leurs  prises de hauteur, la mise en relief du germe de la découverte et des phases nécessaires de poses d’hypothèses avec leurs vérifications.

Maître Christophe Joffe, avocat à Paris, qui met sous protection l’ensemble des écrits de Nicolas de Lussy depuis février 2014.

M. jacques Pellas, centralien,  ex secrétaire général de Dassault aviation et président de l’école d’ingénieur EPF, qui a guidé la méthodologie scientifique et poussé la vérification des apports scientifiques externes.

M. Jérôme Stubler, polytechnicien et président de Vinci construction, et l’Association Freyssinet, représentée par M. Patrick Guiraud, ingénieur expert en béton précontraint, qui ont validé les concordances des cohérences effort/matériaux entre une poutre béton précontrainte et l’os.

M. Raymond  MONEDI, créateur de la « Robotique souple MYONEDIQUE », dont le muscle pneumatique utilise le principe d’augmentation de volume pour obtenir une traction, ce qui prouve que le principe de la poussée transversale peut mobiliser une articulation.

Mlle Roxane Leval, Mlle Marine Gautier, M. Alexandre Adelle et M. Cyrille Tyc, étudiants en troisième année de l’EPF école d’ingénieur-e-s , aidés  par Mme Ariane PELLAS,  M. Edouard Ettinger et M. Jean-Pierre Ilemoine,  ingénieurs Chefs de projet chez Dassault aviation  et M. Olivier-Idriss Alleaume  Ingénieur d’application Dymola chez Dassault système en 2014 et  Mlle Marine Leonardi, Mlle Mélanie Richer, Mlle Armelle Iris Kwedi, Mlle Jeanne Anquez, M.Paul Billecocq, M.Xavier Samaran, M.Yannis Caubet, M.Loïc Monfret, M.Hugo Martins, étudiants en troisième année de l’EPF école d’ingénieur-e-s , aidés  par M.Arnaud BRANTHOMME,  ingénieur Chef de projet chez Dassault aviation et leur Professeur de mécanique M.Naman RECHO en 2014, qui ont fait deux études comparatives entre la théorie de traction et l’hypothèse de poussée dans un muscle par des montages  réels et des stimulations en 3D. Leur conclusion confirme que l’hypothèse de Poussée est viable et fortement plus compétitive que la théorie de Traction dite  » du glissement » pour un choix de motorisation robotique.

M. Olivier Farines, réalisateur et caméraman, qui a capté par vidéo les 3 heures de présentation faites en juin 2014 aux étudiants de l’école d’ingénieurs EPF et aux intervenants ingénieurs de Dassault aviation et Dassault système.

Mme Béatrice Weil, professeur de physique, qui a vérifié les bases de répartition des forces et la cohérence des valeurs des données proposées.

M. Jean-Pierre Delhomme, centralien et ancien conseiller scientifique dans une société multi-nationale de haute technologie, qui a vérifié les calculs de chaque point de l’article initial et aidé la recherche de sources bibliographiques pour cet article.

M. Jérôme Lanoy, PDG de l’agence Logic Design, qui a drainé des informations connexes pertinentes sur le web.

Mme Elisa Vergne, journaliste et auteur de livres de cuisine, Mme Laurence Moachon, conseil en communication, et M. Olivier de Lussy, géologue, qui ont donné des conseils pour l’écriture des textes et fait éclaircir certains propos scientifiques.

Mme Lee Yanowitch  et Mme Madeleine Kelly, traductrices, qui ont assuré le passage en anglais.

M. Bruno Maisonnier, polytechnicien et CEO d’Aldebaran Robotics, qui confirme l’originalité, la pertinence des sciences utilisées et l’intérêt pour la robotique future.

Mlle Emilie Torre, kinésithérapeute, qui a assimilé le protocole issu de la recherche et l’applique avec un retour positif bien supérieur à sa pratique antérieure.

Et, maintenant  vous, ami visiteur, qui par votre savoir pouvez enrichir cette réflexion toujours ouverte… Venez , prenez et participez, vous êtes le bienvenu.

The initial results stem from the research work of Nicolas de Lussy, a practicing physiotherapist who laid down the original hypothesis; he is also the originator of the injective (one-way) biomimetic hypothesis. Nevertheless, numerous specialist engineers contributed to his self-financed research on bijective or two-way biomimetics, thus confirming the scientific merit of the research and of this behavioural/structural approach.

Recognising that innovation does not arise from the knowledge specific to a single profession, Nicolas de Lussy called upon a wide range of external experts – creating a multi-disciplinary scientific hive of activity. He therefore extends his thanks all those who have contributed to the work:

Mr. Rémi Champseix, TV writer and producer, who helped to produce the written hypothesis, and reframed the written and visual messages.

Ms Julie Ayme, who works as a sustainable development engineer for Bouygues Construction, who formulated in writing the initial hypotheses advanced by Nicolas de Lussy.

Mr. François d’Orcival, member of the Institute of France and professor Remy Knafou, Chairman of the « External Agrégation » panel for geography, who opened up a vision of what was possible thanks to their overview and their encouragement of the seed of discovery and their help in the various phases of establishing and checking the hypotheses.

Paris lawyer, Mr. Christophe Joffe, who has ensured the protection of all Nicolas de Lussy’s wirtten works since February 2014.

Mr. Jacques Pellas, a graduate of the « Ecole Centrale », former Secretary General of Dassault Aviation and Chairman of the EPF engineering school, who supervised the scientific methodology and checked external scientific inputs.

Mr. Jérôme Stubler, polytechnician and Chairman of Vinci Construction and the l’Association Freyssinet, represented by Mr. Patrick Guiraud, a specialist in pre-stressed concrete engineering, who validated the concordance and coherence between pre-stressed concrete beams and human bone structure.

Mr. Raymond  MONEDI, inventer of the « MYONEDIQUE supple robotics », featuring a pneumatic muscle based on the principle of volume expansion in order to achieve tractive force, which proves the theory of joint mobilisation by means of transversal forces.

Ms Roxane Leval, Ms Marine Gautier, Mr. Alexandre Adelle and Mr. Cyrille Tyc, 3rd-year students at the  EPF engineering school, assisted by Ms Ariane PELLAS,  Mr. Edouard Ettinger and Mr. Jean-Pierre Lemoine, Chief Project Engineers at Dassault Aviation and Mr. Olivier-Idriss Alleaume, Dymola application engineer at  Dassault Systèmes, in 2014 and Ms Marine Leonardi, Ms Mélanie Richer, Ms Armelle Iris Kwedi, Ms Jeanne Anquez, Mr.Paul Billecocq, Mr.Xavier Samaran, Mr.Yannis Caubet, Mr.Loïc Monfret, Mr.Hugo Martins, 3rd-year students at the  EPF engineering school, assisted by Mr. Arnaud BRANTHOMME, Chief Project Engineer at Dassault Aviation and their Professor of Mechanical Engineering, Mr. Naman RECHO, who conducted two comparative studies in 2014 between the theory of muscular tractive force and the thrust force hypothesis using mock-ups and 3D simulation. Their conclusion confirms that the thrust force hypothesis is viable and much more competitive than the sliding filament traction theory in terms of robotics.

Mr. Olivier Farines, producer and camera-man, who filmed the 3-hour presentation session in June 2014 to EPF Engineering school students and to Dassault Aviation and Dassault Systèmes engineers.

Ms Béatrice Weil, Physics professor who was kind enough to check the force breakdown fundamentals and data value coherence.

Mr. Jean-Pierre Delhomme, a graduate of the Ecole Centrale and former scientific advisor to a multi-national high-tech company, who checked the calculations for each point in the original article and assisted with the article bibliography.

Mr. Jérôme Lanoy, CEO of Logic Design, who gathered relevant related information from the web.

Ms Elisa Vergne, cookery author, Ms Laurence Moachon, communication consultant and geologist Mr. Olivier de Lussy, who provided advice on the texts and clarified certain scientific points.

Ms Lee Yanowitch  and Ms Madeleine Kelly, who provided translation into English.

Mr. Bruno Maisonnier, polytechnician and CEO of Aldebaran Robotics, who confirmed the originality and the relevance of the research for the field of robotics.

Ms Emilie Torre, physiotherapist, who has incorporated into her practice the research protocol and has obtained more positive feedback compared to her previous practice.

Finally, thanks also go to you, dear visitor to this site, for the knowledge that you may share as part of this work. Visit the site, participate, you are most welcome!